James BKS

En travaillant pour Grown Kid, j’ai travaillé sur le développement du projet de James BKS, en oeuvrant notamment au développement de sa communication. En plus d’avoir cherché des partenaires clés pour ses relations presse, j’ai monté pour lui un dossier de presse, co-écrit et co-traduit sa biographie, créé plusieurs assets de communication dans le but de partager ses résultats sur les plateformes de streaming et sur Youtube, et plus encore.

Biographie

Co-écrite avec Guillaume Jallut (AFX), co-traduite avec Arnaud Granet (agent de booking à l’international).

James BKS est une figure artistique singulière, cela va sans dire. Français d’origine camerounaise, enfance passée entre la France et les Etats-Unis, producteur pour les plus grands du rap puis compositeur de musique à l’image, le parcours de James est riche et lui a permis d’être l’artiste qu’il est aujourd’hui : celui qui collabore avec les plus grandes figures de la scène afro-urbaine actuelle.

Tout commence en 2000 lorsque sa famille s’installe aux Etats-Unis. James y nourrit sa passion pour le basket, envisageant même de devenir joueur professionnel… cela aurait peut-être eu lieu s’il n’avait pas découvert la production musicale. Il compose et se fraye un chemin seul, jusqu’à ce que l’une de ses mixtapes arrive aux oreilles d’Akon. Signé immédiatement sur son label Konvikt Muzik, James est propulsé à tout juste 25 ans au cœur de l’industrie musicale. Il produit alors pour les plus grands noms du rap américain (Puff Daddy, Ja Rule, T-Pain, Snoop, Talib Kweli) et français (Booba, Soprano). Son rêve, son american dream se réalise.

Ce parcours à l’apparence idyllique cache cependant quelques réalités. Absence de contact avec les artistes pour lesquels il produit, commandes stéréotypées de maisons de disque… James se sent piégé dans une position où la créativité ne règne plus. En 2010, il prend alors la délicate décision de recouvrer sa liberté.

Ce recentrage personnel et professionnel l’amène à rentrer en France et à fonder avec sa femme une agence de production musicale et sonore, nommée Grown Kid. Il ouvre ainsi son horizon de composition, produisant au sein de la maison créative des identités sonores et musiques de publicités pour de nombreuses marques de luxe – on compte parmi elles Prada, Azzaro, Armani ou encore Yves Saint Laurent ; il compose également plusieurs bandes originales pour du court et long métrage.

Cette « renaissance artistique » est mise à l’épreuve par son passé : il rencontre de façon inopinée son père biologique, Manu Dibango. Une retrouvaille qui va le révéler à sa condition africaine, expliquer son talent inné pour la musique, le pousser plus encore dans la quête de soi, et le nourrissant de nouvelles rencontres avec Salif Keita ou Stevie Wonder.

Cette quête, qui lui permet de renouer avec ses racines, l’amène à ne plus craindre l’exposition et à accepter son statut d’artiste à part entière. Un message est en train de naître. En parallèle, il est amené à composer avec son père en 2016 l’hymne de la francophonie pour les Jeux Olympiques de Rio, en compagnie de Black M, Christophe Willem et Inna Modja.

Se nourrissant du passé pour avancer vers le futur, James compose sa musique comme il vit son identité, entre sonorités hip-hop, percussions africaines et mélodies pop. Une musique qui sonne comme le point de rencontre entre toutes les cultures qui l’ont nourri, et c’est ainsi  que ses premières œuvres, Kwele et New Breed, sont nées. Entre rythmiques traditionnelles africaines et sonorités urbaines avant-gardistes ; ces sonorités sont soulignées de chœurs en swahili et de grandes voix internationales venues d’Amérique du Nord, d’Angleterre ou d’Afrique.

Ses compositions sont le fruit d’une harmonie entre toutes les parties de son identité. Et c’est en ce sens que la quête de sens de James BKS est universelle : en chacun de nous peuvent s’affronter les élans de la tradition et de la modernité, les héritages divergents, les questionnements d’un métissage qui ne répond à aucune assignation. La voie de James, c’est de ne pas s’astreindre à choisir une case, une affiliation unique, mais au contraire de prouver qu’avec des éléments disparates au premier regard, chacun peut composer et fonder un équilibre resplendissant.

Dossier de presse

Réalisé en anglais comme en français, il reprend sa biographie, des informations sur son dernier single en date – New Breed, un extrait des retombées presse reçues depuis son premier single, la tracklist de son premier album à venir en novembre 2020, et des informations sur sa formation live.

J’ai rédigé certains des éléments de ce dossier et j’ai réalisé sa mise en page.

Téléchargez le dossier de presse